Vols des 7 et 8 mai

Vols des 7 et 8 mai

7 mai. Mon chauffeur est Thierry aujourd’hui et demain car j’ai Christophe en accompagnateur delta .Le vent n’est pas soutenu au Roselier nord, il molli plutôt ! Christophe est décidé même pour un plouf car il faut qu’il travaille ces attérros .Nous attendons un peu que Thierry arrive sur la plage de Martin et plate une manche à air. Le vent molli encore Gwen et Nicolas ce pose sur la plage. Christophe nous fait un beau déco vol, fait deux ou trois virage et se pose relativement bien. Je retourne au déco parapente pour fait un peu de blablapente en les attendant !!! Les vols se font avec plus ou moins de bonheurs car le vent est faible et irrégulier. Thierry me prêtera la GTO pour faire un petit vol puis la marée est là et notre ami Daniel arrive !!! Ça volera mieux demain

8mai.Avec Thierry nous somme de retour au Roselier, il y a un peu de monde mais le vent commence à forcir, j’ai ma voile et je décolle avec du mal un peu après Hervé M.et je le suis jusqu’au Tablette mais je fais demi-tour car j’ai Christophe à accompagner (je le retrouverai une heure plus tard lors de mon deuxième vol).Après un posé pas mieux que le déco, je retrouve Christophe et Thierry, le vent molli ! Christophe décolle fait quelque bord et se pose presque correctement sur la plage, la prochaine fois ce sera tiptop !!! Puis je retourne voler. Le déco est mieux et je monte un peu, puis je fil au-dessus des Rosaire rejoindre Laurent. Je me sens bien et je suis Sylvain au-dessus des Rosaire et là je vois Hervé en trait de ce battre au immeuble pour rester en l’air (tient bon mon gars le vent revient), je suis Silvain jusqu’à l’école de voile de tournemine et là voyant que les drapeaux était nord je fais demi-tour et me repose correctement au Roselier !!! Je vous met le récit du vol d’Hervé à Suivre !!!

                                             

LES ROSELIERS –BINIC… UNE HISTOIRE A REBONDISSMENT

Côté prévisions météo, tous les voyants sont au vert ! Et du soleil en plus ! Lundi 8 mai 2017 sera une belle journée de Marche et vol. L’alerte est lancée sur la page facebook. Et Stéphane Matoc et moi-même sommes dans les starting block pour cette 2e édition du Armor Hike and Fly.  Marcher et Voler au-delà de Binic… on y croit ! En fait, l’histoire s’écrira autrement : j’irais bien 4 heures plus tard à Binic en vol avec Sylvain Gesbert et effectivement nous marcherons mais seulement jusqu’à la terrasse du café Nord-Sud pour  une bière bien fraîche!

EPISODE 1

Retour donc à la pointe du Roselier et à la réalité de lundi 8 mai. 10h30, arrivé sur site … la Pointe est submergée par une brume de mer très vivifiante. Plafond trois mètres ! Et le vent 25-30 km orienté Nord-Ouest ! Donc changement de programme ! Adieu le marche et vol !  Je me demande si je suis bien réveillé car nuit courte et un peu claqué par le vol de près de 3 heures de la veille. Très vite un joyeux groupe de pilote nous rejoint, tout d’abord Victor qui sort sa 17m2, puis Hervé, Gwen, Bénédicte, Erwan, Thierry, Patrick-Gaston en tout une vingtaine de parapentiste.  11h30 Le ciel s’éclaircit progressivement et Gwen lance son premier biplace suivi de Nicolas et Stéphane en 19m2, histoire de jouer et patienter un peu.  12h30 la brume de mer s’estompant, le ciel s’éclaircit sérieusement et le vent tombe autours de 20 km/h orienté Nord Nord Est.  Pour moi, c’est l’heure du start. Je prépare mon matériel, embarque quelques barres de céréale pour un vol qui risque d’être long. Anne Fred m’appelle : « tu veux que je t’amène ton sandwich aux Roseliers avant d’amener les enfants à Binic? » … réponse : « Amène-le plutôt à Binic, je t’y rejoins ». Sacré optimiste le gars ! C’est ce que pensent Yann et Gaston quand je leur annonce mon plan de vol !

EPISODE 2

13h01, je décolle aux côtés d’autres pilotes et je trace directement sur les Rosaires. La transition s’effectue sans aucun soucis et plusieurs voiles en font de-même. Volant à une centaine de mètres sol, je décide d’aller tester la masse d’air à la hauteur des « Immeubles » en direction de la Pointe de Pordic. Evidemment, l’orientation du vent à ce niveau est Nord Nord ouest ! Pour l’instant,  c’est trop tôt pour passer le verrou de la pointe de Pordic. Je passe un message radio pour donner la tendance puis rejoint le groupe de pilote volant devant le déco des Tablettes. Mais très vite, une baisse de régime se fait sentir. Le vent faiblit et s’oriente plus à l’Est.  Tout le monde se fait « ratasser » et ça commence à sentir le coquillage ! Je regarde chaque voile l’une après l’autre effectuer un volte face puis prendre la direction de la pointe du Roselier. Leur profil s’estompe progressivement dans la brume résiduelle au-dessus de Martin plage. Et là, je suis comme envahit par une douce langueur et un sentiment de solitude … Net coupé par le tonitruant message radio de Yann : « Bon, le gars, c’est la M… ça passe complètement à l’Est moi je me pose ».  Du coup, merci Yann, tu m’as bien réveillé-là.

EPISODE 3

…Je suis seul au-dessus des Rosaires. Il est 14h30. Voilà 1h30 que je suis en l’air à zéroter et à enrouler quelques petites bouffes thermiques.  Je suis passé en mode « stand by », en circuit d’attente ! Je compte sur une évolution positive des conditions aérologiques sachant que les prévisions annoncent du Nord-est forcissant dans l’après-midi. Un coup d’œil vers Martin plage et j’aperçois du mouvement au Roselier, ça vole et c’est de bonne augure. Profitant de cette embellie relative, je revole à l’Ouest des Rosaires pour jauger la direction du vent. Toujours trop Nord ! A ce moment-là, Binic me paraît vraiment perdu ! Je commence à avoir froid aux mains et je grignote ma dernière barre de céréale. Le ciel est toujours gris, mon moral zérote aussi. Et puis là, soudain, surgissant masqués par la brume derrière la pointe des Tablettes la cavalerie arrive ! Deux voiles, une artik 4 je reconnais mon ami Laurent Guérin et Thierry Dubois sous son Gun.  Ils sont suivis par d’autres pilotes ! Enfin je ne suis plus seul ! Et je me fais une joie de voler avec Laurent. Nos joyeuses retrouvailles consommés par quelques thermiques enroulés ensemble, lui repart vers la pointe des Tablettes et moi vers les Rosaires.

EPISODE 4

Une nouvelle donne…Entre temps de petits nuages gris sympathiques se sont formés … et ça monte tranquillement ! A 120 m, je mets direct le cap sur Tournemine jouant mon va tout,  risquant tout (c'est-à-dire la plage) pour franchir ce fameux cap de la pointe de Pordic. Arrivé derrières les immeubles, le constat s’impose une nouvelle fois, le vent est faible et les drapeaux de la plage sont Nord. Je survole nonchalamment les immeubles, glisse jusqu’à l’école de voile de Tournemine, revient vers les immeuble en soaring sur le premier relief (soit 10 mètres sol)… Qui suis-je, ou vais-je, Des questions existentielles commencent à me trotter dans la tête ... Je vole depuis 1h45, je suis à 10m /sol, j’ai froid, suis fatigué de faire des huit…Au moins si je me pose aux Rosaires, je pourrais me payer une gaufre. La tentation est grande de me poser… de toute façon va bien falloir ! Mais l’instinct de survie du goéland est plus fort que les gaufres et je reste en l’air en m’appuyant sur quelques coussins d’air à droite des immeubles. Quoiqu’il en soit, il faut se rendre à l’évidence, dans quelques bords ce sera la plage !   

EPISODE 5

Mais le destin en a décidé autrement !Car soudain, tout bascule! Les yeux écarquillés, je vois deux voiles en l’air, au-dessus des Rosaires, à bonne altitude filant droit vers Tournemine. C’est Sylvain Gesbert sous sa Rush 4 suivi par Gaston sous sa Cayenne. L’option coquillage ou gaufre s’évapore instantanément de ma caboche. Plus question de poser à la plage après 1h45 de vol alors que les conditions semblent bien meilleur. La-haut, Sylvain me survole et file verticale l’école de voile de Tournemine. Gaston lui a les yeux rivés sur les drapeaux de la plage… ils indiquent toujours un vent orienté Nord.  Pour Gaston, décision est logiquement prise de rebrousser chemin. De mon côté, je bataille pour reprendre de l’altitude. Parti de la hauteur du parking des immeubles, je me hisse progressivement et rapidement sur les hauteurs des Rosaires. Un nuage à la base bien grise me donnera le coup de pouce finale pour atteindre l’altitude nécessaire pour transiter vers Tournemine. Je raccroche le relief à mi pente et trouve l’ascendance pour monter au-dessus de la falaise. Sylvain, lui vient de passer à l’accélérateur devant la pointe de Pordic et reprends un peu de gaz sur la face Nord. La course poursuite s’engage d’autant plus fort que les drapeaux à la plage indique un 10° droite.  Une fenêtre vient enfin de s’ouvrir pour passer la pointe de Pordic! Va falloir s’appliquer. Je quitte la combe de Tournemine avec quelques 15 mètres à peine de gain au-dessus du relief puis remonte sans accélérer dans l’écoulement donc à distance respectable de la pointe.  Je progresse sans trop perdre d’altitude.  Et je raccroche juste à la hauteur du déco de Tournemine sous le regard de promeneurs curieux visionnant ma course en mode « slow motion ». C’est bon, je passe en face nord et m’applique pour reprendre du gaz. Une fois à 170 m, je me lance dans la transition vers Binic. Fast and Furious, Sylvain a fait une flèche et survole déjà la plage de la banche à Binic.

Episode final

Je me sens serein. Heureux de voler avec Sylvain et d’avoir atteint le goal après tant de rebondissement. Ma patience aura payé. Pas de secret, ça marche souvent comme ça en cross.  Je vois défiler à ma gauche la plage du Petit Havre (zone rouge) et trace directement sur les reliefs les mieux orientés en Nord Nord-Est. Je reprends un peu de gaz et là je savoure le moment ! Yes ! Binic ! C’est pas le cross du siècle mais ça fait vraiment plaisir ! A la verticale de la plage, le vent relativement faible permet de se poser où l’on veut. Anne-Fred me fait de grands signes et je me pose. Sylvain nous rejoint avec sa voile en boule et on se fait un beau « shake ». Lui c’est l’homme du plus rapide Roselier-Binic de la journée : 30 mn ! Fast and Furious. Et moi, mon temps de vol de 2h15 se manifeste par une envie très très pressante… ça le froid, ça pardonne pas. Je marche de façon légèrement étriqué. Faudra peut-être que je passe un jour au pénilex comme Sylvain Bobo.

Bref,  on a volé et maintenant nous marchons jusqu’à la première terrasse de café pour une bière bien méritée. Et pour finir mon Sandwich bien sûr ! A bientôt en Vol !

12345678910111213

et aussi une petite vidéo du deuxième vol de Chritophe

PATRICK